Castres. Premier repas des amateurs d’ovnis

Gilles Balayer, responsable tarnais des Repas ufologiques, en compagnie de Serje Perronnet, vice-président de l'association nationale, et son épouse Francine./Photo DDM, S. F.

Gilles Balayer, responsable tarnais des Repas ufologiques, en compagnie de Serje Perronnet, vice-président de l’association nationale, et son épouse . Le premier Repas ufologique du sud Tarn se déroulera le samedi 8 juin, à L’Archipel. Un déjeuner pour échanger sur des phénomènes vécus dans le Pays castrais.

Pour Serje Perronnet, «l’ufologie n’est pas une science exacte mais a le devoir de la recherche de la vérité». C’est dans cette optique que le vice-président de l’association nationale Repas ufologiques viendra lancer le premier repas castrais le samedi 8 juin, à l’heure du déjeuner, à L’Archipel. L’occasion d’un premier contact avec les témoins tarnais de phénomènes étranges : «Notre but, c’est l’information, provoquer une ouverture d’esprit dans ce domaine mais avec déontologie.»

L’ufologie passionne un Labruguiérois depuis son enfance, Gilles Balayer, désormais responsable tarnais des Repas ufologiques. Il a collecté des témoignages sur le territoire tarnais, un notamment en 1971 et le plus récent l’été dernier, un soir d’août, vers 23h, sur le Causse, face au pic de Nore, où quatre personnes ont observé un objet non identifié. «C’est mon grand-père Fernand, douanier dans l’après-guerre, qui a transmis sa passion à mon père, puis à moi. On lui avait confié quelques informations sur l’affaire de Roswell, au Nouveau-Mexique. Cette traduction familiale s’est confirmée quand j’ai assisté à une conférence de Jean-Claude Bourret, en 1976-1977. J’avais 9 ans. C’était fabuleux, il avait récupéré des renseignements et des enseignements auprès de l’armée.»

«La forme d’un ballon de rugby»

Ainsi, la passion de Gilles Balayer l’occupe plusieurs heures au quotidien. Il collecte des témoignages, les compare. «J’ai moi-même été témoin d’un phénomène en 1989, en Charente, pas loin d’Angoulême. Je participais à un chantier de rénovation d’un site historique, c’était fin juillet, en soirée, autour d’un feu de bois. Nous étions 8 personnes et nous avons vu la même chose : d’un coup, l’objet a abattu toutes les ombres, ça éclairait comme en plein jour, c’était en forme d’un ballon de rugby, très allongé, entre 6 et 8 mètres de long, à moins de 15 m de hauteur, vraiment très bas. Il ne faisait aucun bruit. C’est indescriptible, cela a duré deux ou trois secondes.» Dans le sud Tarn, plusieurs témoignages existent mais un seul est avoué, celui du Causse. «Les Repas ufologiques sont destinés aux gens curieux, c’est plus convivial de parler autour d’une table, assure l’Aveyronnais Serje Perronnet. Cela nous permet, à nous en quêteurs, de collecter des témoignages, aux chercheurs civils et scientifiques pointus d’envisager de créer de nouveaux modèles de propulsion… mais rien d’officiel. Depuis soixante-dix, les chefs de gouvernement et l’armée sont seuls à disposer du secret… Notre objectif, c’est d’être au plus près des gens pour en parler.»

Partager cet article

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces HTML tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*