Strasbourg – CR du 2 Mars 2012

Compte rendu du Repas Ufologiques de Strasbourg

Du vendredi 2 mars 2012. 19 h.


Salle comble ce vendredi soir pour accueillir Jean Gabriel Greslé au repas de Strasbourg.

Enfin, un petit article dans le journal local a été publié après une dizaine de sollicitations. Nous avons des difficultés pour avoir un minimum de communications dans les médias locaux qui se font tirer l’oreille pour promouvoir nos Repas Strasbourgeois. Le sujet très particulier et la qualité de notre intervenant ont pu jouer pour les inciter à publier cette annonce.

Près de 40 personnes on pu entendre la conférence de notre invité, après un repas qui a été l’occasion de faire la connaissance d’une dizaine de participants qui venaient pour la première fois. Nous avons aussi eu l’agréable surprise de voir un couple, des habitués des Repas Ufologiques Parisiens qui ont fait le déplacement tout spécialement. Merci à eux.

Christian COMTESSE a présenté une partie de l’actualité ufologique du moment et a répondu à certaines questions sur des affaires d’observations dans l’Est de la France. Plusieurs témoins d’observations présents ont demandés des explications sur ces cas dont l’un est étudié par le responsable du Repas Strasbourgeois.

Christian COMTESSE en tant que Président de l’association, a ensuite parlé de l’évolution et de l’avenir des Repas Ufologiques. Des changements mineurs vont avoir lieux et des initiatives nouvelles vont être mises en œuvre non seulement pour promouvoir et développer les Repas ufologiques mais aussi pour tenter de mettre en place une manifestation internationale si les financements sont possibles.

Jean Gabriel GRESLE nous a fait une démonstration incontestable de la réalité des OVNIs. Les documents déclassifiés, autant américains que français, sont de preuves vivantes de l’implication des gouvernements dans la recherche et dans l’étude des OANIs/OVNIs.

L’un de ces documents, le plus parlant, est celui issus du Secrétariat Générale à la Défense Nationale français qui décrit les divers services de l’état qui le compose et qui sont étroitement impliqués dans l’étude et la recherche sur les OANIs/OVNIs. C’est en outre ce Secrétariat qui est chargé de donner les accréditations (OANIs/OVNIs) sans lesquelles aucun service et aucune personne, ne la possédant pas, ne peut prétendre à obtenir des informations sensibles sur le sujet.

Ces révélations n’ont pas été sans surprendre et même émouvoir une partie des participants qui ont réagit en posant des questions concernant ces documents et le service qui étudie officiellement les PAN. Les PAN sont tous les phénomènes plus ou moins connus que sont remarqués dans notre ciel, allant des poubelles spatiales (boulons, pièces métalliques, débris divers, objets naturels tel que les météorites et bolides plus ou moins importants, et éventuellement quelques objets non identifiés…). Il s’agit d’un ensemble de phénomènes pratiquement tous identifiables qui sont répertoriés.

Dans le cas des services qui font une véritable recherche sur ces manifestations non conventionnelles il est question d’OANI (Objets Aquatiques Non Identifiés) et d’OVNI (Objet Volants Non Identifiés). Ils sont classifiés OANIs/OVNIs du fait de leurs formes, de leurs performances, et de caractères technologiques, inconnus de nos scientifiques. Tout cela est connu et étudié par les gouvernements depuis le tout début des années 40.

A la Question : Pourquoi alors il n’y a pas de divulgation ?

Jean Gabriel GRESLE répond : Il n’y aura pas de divulgation officielle, pour la bonne et simple raison que tout le monde n’est pas prêt ou ne souhaite pas connaitre la vérité. Mais ceux qui veulent avoir des réponses peuvent les trouver eux même dans les documents déclassifiés qui font la démonstration de l’existence des OVNIs.

Il faut que les Ufologues continuent leur travail de recherche, mais il serait peut être bon aussi que ces mêmes ufologues revoient un peu l’orientation de leurs discours en faisant passer l’information sur la réalité des OVNIs et en le démontrant avec tous ces documents mis a leurs dispositions et accessibles par tous.

Question : Ne serait il pas mieux de faire cette divulgation officielle, même s’il cela provoque un choc ?

Jean Gabriel GRESLE répond : Non, s’il y a divulgation officielle les conséquences peuvent être dramatiques, sur tous les plans. Le pire serait que l’homme attende comme un enfant le don de l’énergie, de la technologie, de la science, au lieu de chercher tout ça lui-même. Les gouvernements sont réfractaires à une divulgation non contrôlée. La pire crainte de ces gouvernements est une divulgation brutale par l’atterrissage d’un engin exotique au grand jour par exemple.

L’autre problème vient des hommes eux-mêmes. Beaucoup de détenteurs du pouvoir n’ont pas de scrupules, et voudront utiliser les possibles dons, technologiques et scientifiques, des « étrangers » pour accroitre leur puissance, leur domination et le contrôle de leurs congénères, assoiffés, qu’ils sont, de pouvoir.

Il précise aussi que les conclusions de la Commission 3AF-SIGMA seront déposées en novembre prochain et qu’il est possible que ces conclusions soient rendues publique par le Président de la 3AF.  Ceci est un signal fort émanant d’une société savante et allant dans le sens d’une divulgation.

Jean Gabriel GRESLE a ensuite dédicacé son livre et a reçu les remerciements des participants qui ont particulièrement appréciés sa prestation. C’est vers 22 h 30 que le Repas s’est terminé. Christian COMTESSE a donné rendez-vous a tous ceux qui ont ou auront lu ce livre, le vendredi 13 avril 2012, pour en discuter lors du prochain Repas Ufologiques Strasbourgeois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *