THIBAUT CANUTI ET L’HISTOIRE DE L’UFOLOGIE

THIBAUT CANUTI ET L’HISTOIRE DE L’UFOLOGIE

Après une brève présentation de ses livres, Thibaut Canuti nous lit la postface de son nouveau livre, rédigée par Geneviève Béduneau, chercheuse hors-pair et qui avait relu son manuscrit avant son décès. Geneviève Béduneau raconte la préhistoire de l’ufologie et cite quelques cas comme celui du Dr X.

Thibaut affirme aussi son « agnosticisme » en ufologie : il ne faut pas conclure, mais se contenter des faits, afin d’avoir une vision panoramique, telle qu’il peut l’avoir depuis 20 ans qu’il étudie les faits. Pour lui, faire l’histoire de l’ufologie, c’est pour éviter les « errements » des ainés en ufologie.

Puis, il enchaine en démontrant le lien existant entre les premiers ufologues et l’ésotérisme.

Ainsi, Marc Thirouin, avocat et fondateur de l’association Ouranos, appartenait-il à la Société d’Etudes Atlantéennes, fondée par Paul Le Cour.

Alfred Nahon est le fondateur de l’Association Mondiale Interplanétaire, et il voulait engager le contacté américain George Adamski pour préparer la Terre à « nos amis de l’espace ». Fasciné par la Lune, Alfred Nahon avait un discours écologique et antinucléaire.

Jimmy Guieu, ufologue incontournable en France, était Franc-maçon, et proches des milieux de la Rose+Croix (tout comme Jacques Vallée), ainsi que de l’ORT (l’Ordre Rénové du Temple ; cf. l’un de ses romans indispensables : l’Ordre Vert). Jimmy Guieu était proche des Amis de la Terre et naturiste, qu’il vantait dans ses romans, tout comme de nombreux membres de la revue Lumière dans la nuit à l’époque.

Thibaut Canuti fait aussi un lien avec sa famille (paternelle) qui était constitués de Francs-maçons. C’est une tante et un oncle, coté maternel, qui l’initieront au spiritisme dans un château hanté du Var car sa tante était une pratique assidue de cette pratique promue par Allan Kardec. Il s’intéressera aussi à la télépathie et il avouera avoir assisté à la combustion spontanée d’un objet. Son père l’initiera à la recherche initiatique et au mystère. Enfin, c’est une vidéocassette VHS de la fin des années 1990 sur les OVNIs au Mexique qui le fera basculer dans l’univers de l’ufologie.

Puis, Thibaut reprend l’historique en mentionnant la vague de 1954 qui, en France, amènera 3 députés à poser une question à l’Assemblée Nationale. La réponse précisera que la prise en chasse, lorsqu’elle a été tentée, n’a rien donnée.

Puis, il aborde le GEPAN, dont il dit que son âge d’or était celui de la fondation par Claude Poher, entre 1977 et 1979. Et, pour Thibaut, le passage de Xavier Passot à la tête du GEIPAN a davantage permis le recrutement d’enquêteurs sceptiques. Et si les informations sensibles concernant les sites militaires sont censurées, cela vient de son financement : le GEIPAN est une émanation du Centre Nationale d’Etudes Spatiales (CNES), lui-même soumis à une double tutelle : celle du Ministère de la Défense et du Ministère de la Recherche.

Et, en France, le marxisme très répandu parmi les chercheurs et enseignants impose un refus du paranormal.

Thibaut Canuti répondra également à de nombreuses questions de la part du public. Concernant le MUFON France, il affirme que Pascal Fechner est un « copain ».

Concernant Jacques Bergier, il explique qu’il s’intéressait aux OVNIs du passé mais pas du présent. Pourquoi ? Tout simplement parce que Bergier travaillait pour les agences françaises du renseignement et, pour cette raison, il ne pouvait divulguer des informations classifiées par les militaires sans trahir le secret défense.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*