Compte-rendu du repas ufologique de Paris le 14 avril 2018

 

UFO NEWS DE LA SOIRÉE :

Devant notre petit groupe de fidèles (vacances de Pâques obligent !), nous présentons l’actualité du mois d’avril.

Pour la partie ufologique, je commence par évoquer l’observation d’un objet volant non-identifié par deux pilotes américains (vols Learjet et American Airlines). Le 24 février 2018, ils furent témoin, au-dessus de l’Arizona, d’une « grande ombre » et d’un « grand reflet », sans que leurs compétences de pilotes ne leur aient permis d’identifier un aéronef connu.

Stanton Friedman

Parmi les annonces du mois, nous apprenons que le physicien nucléaire Stanton Friedman, qui fit sa première conférence sur le sujet OVNI en 1967 et qui fut à l’initiative du premier livre sur Roswell en tant que coauteur, donnera sa dernière conférence sur le sujet en juillet. Il aura alors 84 ans et il prendra sa retraite de la recherche ufologique.

D’autres annonces sont moins réjouissantes car nous n’apprenons pas moins de trois décès touchant le monde ufologique. Tout d’abord, le commandant Jean-Charles Duboc qui, aux commandes de son Boeing 747, fut témoin d’un OVNI en plein ciel, à plusieurs reprises. De même pour Geneviève Béduneau, une universitaire en philosophie et théologie qui se passionna pour les mystères de ce monde. Si elle fut la co-auteure de plusieurs livres consacrées à des énigmes historiques, sa principale contribution à l’ufologie sera la traduction des deux tomes de la biographie de Jacques Vallée : Science interdite. Enfin, c’est le général Parviz Jafari qui nous a aussi quittés. Ce pilote iranien est celui qui fut témoin de l’OVNI qui survola la ville de Téhéran, en Iran, le 30 septembre 1976.

 

Jean-Charles Duboc
Geneviève Beduneau
Parviz Jafari

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le grand dossier du mois reste l’information donnée par la revue Genome Research, laquelle conclue sur les analyses génétiques opérées sur le petit humanoïde retrouvé au Chili, dans le désert d’Atacama (qui lui vaudra son surnom d’Ata). L’affaire sur cet humanoïde fut mise en avant par Steven Greer, ancien médecin reconverti dans la divulgation sur l’ufologie et les techniques d’énergie libre, lors de la diffusion de son film documentaire Sirius, en 2015. Depuis, la recherche génétique se faisait dans l’ombre mais les conclusions avancées par Genome Research ne convainquent Steven Greer alors quelles sont parfaitement étayées par la recherche. Nous avons aujourd’hui qu’Ata est fœtus, ou un bébé, de sexe féminin, atteint de dysplasie, cette maladie qui se traduit par du nanisme, des difformités et un vieillissement prématuré des os et des tissus.

Cet humanoïde fut acheté par le riche homme d’affaire espagnol, Ramon Navio-Osorio, qui le proposa à Steven Greer, alors médecin, pour analyses. Gary Nolan, immunologiste de Palo Alto (Californie), étudia sa moelle osseuse et révéla qu’il s’agissait bien d’un humain atteint de dysplasie. L’environnement extrêmement pollué de la zone d’habitation d’Ata (les mines de Nitrate de la région d’Atacama), remontant à une quarantaine d’année maximum, en est l’explication la plus logique.

J’évoque également la mise en vente en ligne d’anciens artefacts appartenant à Raël et sa secte, ainsi que les 20 ans de l’affaire d’Haravilliers ; histoire d’abduction française encore méconnue, et dont nous parlera notre conférencier du mois prochain : Joslan F. Keller.

 

Pour la partie scientifique, Stéphane B. nous parle d’une douzaine de trous noirs détectés au cœur de la Voie Lactée et, selon l’étude de l’université de Columbia (USA), il y en aurait 10000 à moins de 3 années-lumière d’un trou noir supermassif se trouvant dans Sagittaire A…et une extrapolation est possible à d’autres galaxies. Autre menace galactique : les éjections de masse coronale (EMC), bulles de plasma d’une étoile qui peut détruire le bouclier magnétique d’une planète potentiellement habitable. Et Stéphane B. nous rappelle que notre planète et notre galaxie (la Voie Lactée) se déplacent dans le cosmos à la vitesse de 400000 km/h (ou 112 km/s). Nous nous rapprochons de la galaxie voisine, Andromède, avec laquelle nous devrions entrer en collision d’ici 3 à 4 milliards d’années.

Par ailleurs, sur Terre, la NASA et la société Lockheed Martin vont s’associer pour réaliser le X-Plane, un avion supersonique sans « bang ». Ce bruit, dû au franchissement du mur du son (au-delà de Mach 1, soit 1224 km/h), qui affecte ceux qui parcourent le plancher des vaches. Le X-Plane volerait à 55.000 pieds d’altitude (environ 16.800 mètres) et à la vitesse de croisière de Mach 1,42 (environ 1.500 km/h) avec une pointe possible à Mach 1,5 (près de 1.600 km/h). Il devrait franchir le mur du son et voler en supersonique en produisant au sol « le bruit d’une porte de voiture qui se ferme » (environ 75 décibels).

Enfin, pour terminer avec un peu d’humour, Stéphane B. nous rappelle « l’exploit » de Mike Hughes, ce californien, platiste convaincu, qui a construit sa propre fusée à vapeur pour vérifier que la Terre était bien plate… Il est retombé dans le désert de Mojave, sans trop de casse…ni avoir pu vérifier sa théorie !

 

Enfin, Chantal D. nous parle de l’actualité culturelle avec quelques sorties au niveau de la bande-dessinée que sont les séries Namibia (de Leo) et Fédération (du couple Ange).

Du coté des séries télévisées, Amazon s’apprête à investir un milliard de dollars pour adapter un roman chinois (Le problème à trois corps, de Liu Cixin). Et, à l’heure où nous fêtons les 50 ans du film 2001, l’odyssée de l’espace, de Stanley Kubrick, d’après la nouvelle de Arthur C. Clarke (La sentinelle, qui deviendra le roman ensuite éponyme), une ressortie remastérisée est prévue dans certains cinémas. Le magazine Première Classics en a fait sa couverture.

Enfin, Chantal nous liste le sommaire des derniers magazines sortis que sont Ciel et Espace, Top Secret, Ikaris, le hors-série de ça m’intéresse sur le cerveau ou encore le numéro de Science et Avenir qui consacre sa une à l’univers selon Stephen Hawking.

 

 

CONFÉRENCE DE LA SOIRÉE, PRÉSENTÉE PAR STÉPHANE B. ET STÉPHANE ROYER :

LES STEPHANE EN UFOLOGIE : Une autre manière d’aborder certains cas, chercheurs et abductés.

 

Stéphane B. et moi-même, Stéphane Royer, présentons ce samedi 14 avril une conférence d’un thème un peu particulier puisqu’il s’agissait de présenter, de façon originale, les contacts vécus, ou les recherches faites par les Stéphane, Stephen, Steven et Steve du monde de l’ufologie…

Commençant par les français, nous mettons en avant le parcours de Stéphane Allix, ce journaliste, grand reporter de guerre qui, suite à l’accident de son frère Thomas en Afghanistan, va envisager la vie autrement. Dès lors, après un premier contact avec un moine bouddhiste, le karmapa Orgyen Trinley Dorje, en avril 2000, il va s’ouvrir à la question de la vie extraterrestre et, dès lors, enquêter sur ce sujet, comme tout bon journaliste le ferait (ou devrait le faire !). Le résultat en sera son premier livre sur des sujets moins conventionnels (comme la guerre ou le trafic de drogues, sujets sur lesquels il a enquêté) : Extraterrestres, l’enquête (2006). Par la suite, il s’intéressera à l’après-vie, la réincarnation, les guérisseurs et d’autres sujets dits « en marge » et dont il fera le sujet de ses émissions Enquêtes extraordinaires (dont les deux saisons sont sorties en coffret DVD). Parmi ces enquêtes, Stéphane Allix rencontrera des témoins d’observations d’OVNIs, mais aussi des abductés, ainsi que le Dr John E. Mack, grand psychanalyste américain qui prit position en faveur de la réalité des abductions.

Puis, nous présentons les travaux de Stephen Bassett, un activiste politique et lobbyiste qui s’engagea en faveur de la divulgation sur le sujet OVNI. Pour cela, il crée le Paradigme Research Group (PRG) en 1996 et il organisera des conférences exopolitiques annuelles. L’une des actions les plus mémorables du lobbying de Stephen Bassett reste l’opération « un million de fax pour Washington », qui fut organisée en 2008, lors de l’élection de Barack Obama à la Présidence afin d’aider à la révélation lors de son élection. Projet qui n’eut pas de suite…

Stéphane Leroux est passionné de cinéma de fiction et, à l’été 2008, il verra avec son frère Vincent, un OVNI passer au-dessus de leur logement, près de Lille. Celui-ci aura une action sur la matière en éteignant les lumières de leur maison en passant au-dessus. Une enquête sera menée par l’ufologue Jean-Claude Venturini. Par la suite, Stéphane Leroux écrira le scénario, produira et jouera le rôle principal du court-métrage réalisé par son frère (17 mn) : « La 4è nuit ».

Nous évoquons ensuite Stephen King, écrivain américain d’horreur et de fantastique, né le 21 septembre 1947. Prolixe, il est déjà l’auteur de plus de 50 romans et 200 nouvelles, et certains de ses écrits ont déjà été adaptés avec succès sur le petit ou le grand écran (Shining, Carrie, La ligne verte, ça, Christine,…). Stephen King n’est pas ufologue mais il a écrit un roman dont le sujet principal est l’action d’un vaisseau extraterrestre déterré sur les habitants d’une petite ville du Maine : Les Tommyknockers.

Un autre Stephen, Michalak, nous parle de la rencontre qu’il fit dans la région de Falcon Lake, état du Manitoba (Canada), le 20 mai 1967. Là, il aperçoit deux objets volants dont l’un se pose près de lui. Stephen Michalak sent une odeur de souffre, entend un léger sifflement, et une porte s’ouvre lui permettant d’entendre ce qu’il pense être des voix. Il pense tout d’abord qu’il s’agit d’un prototype d’une puissance terrestre et appelle dans les différentes langues qu’il maitrise car il est, non seulement, passionné de géologie, mais aussi polyglotte. La trappe se referme et, en touchant la paroi dépolie de l’appareil, Stephen Michalak sent son gant brûler. Il le retire aussitôt et il se retrouve face à une grille d’où s’exhale un souffle chaud qui met le feu à sa chemise et son maillot de corps. Il les retire et a la surprise de voir apparaitre une brulure sur son ventre, constituée de trous, comme la grille. Hospitalisée, des brulures au 1er degré seront reconnues. Il souffrira également de nausées, vomissements, diarrhées, perte de poids, urticaire et chute du nombre de ses cellules lymphocytes. Or, tous ces symptômes sont…les syndromes d’une irradiation !

       

De plus, il y eut des effets physiques sur l’environnement car la mousse où il jeta son maillot brûlé fut brûlée, de même que la terre était brûlée en cercle à l’endroit de l’atterrissage et les échantillons de terre prélevés sur place furent reconnus comme « hautement radioactifs ».

En 2017, l’ufologue canadien Chris Rutkowski publia un livre coécrit avec Stan Michalak (fils de Stephen) sur ce cas. L’enquête comporte, en plus, un livret écrit par Stephen Michalak à l’époque pour raconter son histoire mais qui fut peu vendu.

Il est important de noter pour ce cas que les tâches sur le ventre de Michalak disparaissaient et réapparaissaient mystérieusement et de manière régulière. Ce qui n’est pas sans nous rappeler le cas français du Docteur X dont le ventre s’orne d’un triangle rouge, consécutive à son observation d’un OVNI, et qui réapparait de manière cyclique chaque 1er novembre.

Et, cette année, le Canada s’apprête à célébrer la rencontre de Stephen Michalak avec une pièce commémorative…

Autre Stephen, mais cette fois-ci il s’agit d’un scientifique : Stephen Hawking, récemment disparu. Né le 8 janvier 1942, Stephen Hawking enseigna d’abord les mathématiques avant de se tourner vers l’astrophysique car il est connu pour ses contributions à la recherche cosmologique sur la gravité quantique, notamment dans le cadre des trous noirs. Pour lui, la création de l’univers n’appelle pas l’intervention d’un être divin et, en contestant pas l’existence d’êtres extraterrestres, il nous a mis en garde contre leur débarquement. C’est en comparant l’influence des Européens sur les Amérindiens qu’il craint une disparition de notre culture et/ou de notre civilisation en cas de contact avec une civilisation extraterrestre avancée. Utilisant la même image, il encourage l’expansion spatiale en allant coloniser des planètes vierges afin de garantir la survie de l’homme, non sans mettre en garde aussi contre l’utilisation d’une intelligence artificielle.

Enfin, Stephen Hawking était devenu une icône de la culture populaire, apparaissant dans des séries cultes comme les Simpson, Star Trek Next Generation, The Big Bang Theory, etc. Sa maladie de Charcot (ou Sclérose Latérale Amyotrophique) a progressé au fil de temps, le laissant complètement paralysé et en fauteuil, utilisant une voix robotique lorsqu’il ne put plus parler. Au final, il survécut 49 ans au verdict médical qui lui avait été donné. Stephen Hawking nous a quitté le 14 mars 2018.

A coté des prénoms humains, il faut savoir qu’une ville nommée Stephenville existe aux Etats-Unis. Située au Texas, elle fut le théâtre d’une observation d’OVNI le 8 janvier 2008 où une lumière mystérieuse fut observée, ainsi que dans ses environs (Cleburne, Dublin). L’observation fut signalée à la police par de nombreux témoins, ainsi qu’à Ken Cherry, représentant du MUFON texan. Et, dès le 10 janvier, c’est la journaliste Angela Joiner qui enquêta sur ce phénomène en interrogeant les principaux témoins parmi lesquels figurent un pilote, un employeur, un shérif, etc. Le trajet de l’objet est retracé par les témoignages de la centaine de témoins et par 5 radars de la région.

Par la suite, il y eut d’autres dates d’observations au-dessus de Stephenville et ses environs, en 2008 et 2009. La plus surprenante, venant complexifier le phénomène, est celle enregistrée par la caméra vidéo de David Caron où différents signaux lumineux ne cessent de changer de forme. S’agit-il d’un code de communication ? Aucune réponse satisfaisante n’a été donnée à ce phénomène pour l’instant.

Revenons aux Stéphane de l’ufologie avec l’américain Steven M. Greer, né en 1955, en Caroline du nord. Médecin urgentiste, il fonde le projet CSETI (Centre pour l’Etude de l’Intelligence Extraterrestre), puis le projet Disclosure en 1993. Avec ce dernier, organisation à but non lucratif, comprenant notamment scientifiques, militaires, membres de la CIA et hauts fonctionnaires, Steven M. Greer entend rendre publique toute information cachée sur les OVNIs et les contacts d’une vie extraterrestre sur Terre ; il veut aussi lutter contre la désinformation sur ce sujet.

Pour ce faire, il écrira plusieurs livres (Révélations, en 2 tomes, Vérités cachées et Non reconnu) et produira deux films documentaires. Dans le premier, Sirius, il traite de différents contacts et d’un mystérieux alien miniature surnommé Ata. Dans le second, Non reconnu (ou Unanknoledged, en V.O.), il continue sur sa lancée et traite également des technologies cachées concernant « l’énergie libre », laquelle résulterait d’un transfert suite à des échanges secrets avec une ou plusieurs ethnies extraterrestres.

Le problème est que Steven M. Greer n’est pas forcément l’image du chercheur sérieux qu’il affirme être. Ses « méditations » (payantes !) pour attirer les extraterrestres, ou le fait de ne pas reconnaitre les récentes conclusions du Genome Research (cf. l’actualité plus haut), qui démontrent que l’humanoïde Ata est un fœtus originaire du Chili (désert d’Atacama) et atteint de dysplasie (maladie se traduisant par du nanisme et des déformations), n’œuvrent pas en sa faveur !

Enfin, dernier Stéphane de notre présentation : le réalisateur Steven Spielberg, dont la renommée et le succès sur le thème des extraterrestre n’est plus à démontrer.

  

Né le 18 décembre 1946, le jeune Steven est un élève médiocre qui se passionne pour le cinéma et la bande-dessinée. Ses premières réalisations cinématographiques (courts-métrages en super 8) remontent à l’âge de 12, 14 et 17 ans. Sa réalisation de 1964, Fireflight, un film de 140 minutes réalisé en super 8, conte déjà un enlèvement par des extraterrestres. Remarqué par le studio Universal, il réalisera quelques téléfilms et séries comme Colombo ou Duel (inspiré de l’auteur fantastique Richard Matheson) qui, remonté, sortira au cinéma en 1971 et obtiendra le grand prix du film fantastique d’Avoriaz en 1973. Après Les dents de la mer (Jaws) en 1975, c’est surtout Rencontre du 3è type (Close Encounter of the Third Kind), en 1977, qui va asseoir sa réputation de réalisateur fantastique.

Ce film est une vraie mine pour les amateurs d’ufologie et d’extraterrestres. En effet, si Josef Allen Hynek apparait à la fin du film, dans la foule des techniciens assistant au contact avec les extraterrestres, une allusion à Jacques Vallée est très claire. Spielberg avait choisi François Truffaut (réalisateur et acteur français) pour incarner le rôle de Jacques Vallée. Ce dernier, astronome et informaticien, était parti travailler aux États-Unis et, passionné d’ufologie, avait fini par travailler avec J. Allen Hynek. On y trouve aussi des allusions au phénomène physique causé par les OVNIs (arrêt des moteurs, effets électromagnétiques, « obsessions » ou images rémanentes, et bien d’autres…).

Steven Spielberg scénarisera, réalisera, produira ou/et coproduira de nombreux autres films sur ce sujet : E.T., l’extraterrestre (1982), A.I., intelligence artificielle, Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal, La guerre des mondes, Miracle sur la 8è rue, Super 8 (de son ami J.J. Abrams, autre passionné de fantastique et de phénomènes mystérieux), Transformers 3, Cowboys et envahisseurs ou la saga des films Men in Black. Au chapitre des séries TV, l’on peut citer Invasion America, Earth 2, Extant mais, surtout, la magnifique série Disparition (Taken) qui nous compte l’histoire cachée de Roswell et ses conséquences depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au début des années 2000 à travers 3 familles. Les 5 saisons de la série Falling Skies sont aussi intéressantes, comptant l’invasion de la Terre et la résistance menée par un professeur d’histoire, incarné par Noah Wyle (le Dr Carter de la série Urgence ou le libraire de la série éponyme).

Filmographie sélective :

Steven Spielberg a avoué qu’il n’avait jamais vu d’OVNI (ce qu’il regrette !) mais il pense que le Gouvernement (américain) offrira une révélation totale sur ce sujet un jour, parlant de « Watergate cosmique » à ce sujet.

Cependant, le rôle du talentueux cinéaste semble trouble dans la mesure où Spielberg est en contact avec tous les présidents américains depuis Jimmy Carter. Ce dernier avait vu un OVNI en 1969, et il avait promis, lors de sa campagne présidentielle, qu’il ferait toute la lumière sur ce sujet durant son mandat. Ce qui ne fut pas le cas…car la CIA (présidée par un certain George Bush senior !) refusa de lui dévoiler le contenu de ses dossiers ! Une controverse s’est élevée pour savoir si Carter avait vu Rencontre du 3è type à la Maison-Blanche. Officiellement, Carter et Spielberg ne se sont jamais rencontrés à l’époque. Mais la bibliothèque présidentielle Carter contient une photo montrant que les deux hommes se sont bien rencontrés, signée du président, avec ces mots : « à Steven Spielberg. Jimmy Carter. » Une lettre à en-tête de la Maison-Blanche accompagnait la photo, adressée à Spielberg, avec ces mots : « Le président a pensé que vous aimeriez recevoir la photo ci-jointe. » Il est très possible que l’entourage du président ait voulu minimiser l’intérêt de celui-ci envers le sujet OVNI en terme d’image.

Mais le président américain qui fit le plus parler de lui à propos de Steven Spielberg fut Ronald Reagan, 40è président des Etats-Unis. En tant qu’ancien acteur, il adorait les films et il s’en fit projeter un grand nombre à la Maison-Blanche ou à Camp David, comme le révèlent les archives (pas moins de 377 films visionnés !). Le 27 juin 1982, Ronald Reagan et sa femme assistent à une projection privée de Steven Spielberg à la Maison-Blanche, parmi 35 autres personnalités de haut niveau, comme la juge de la Cour Suprême. A la fin du film, Nancy Reagan pleurait tandis que le président semblait se comporter comme un enfant de 10 ans, tant il avait été pris par le film. C’est alors que, selon une rumeur bien ancrée, Ronald Reagan se tourne vers Spielberg et lui confie : « Vous savez, il y a moins de 6 personnes dans cette pièce qui savent combien cela est vrai. » Spielberg déclara qu’il avait écrit l’histoire de « E.T. l’extraterrestre » comme une fiction basée sur des faits tirés de plusieurs histoires d’OVNIs sur plusieurs années. Aussi fut-il surpris d’entendre le Président américain lui dire que cette histoire était vraie! Il faut dire que, quelques années plus tard, Ronald Reagan défrayera la chronique en parlant, à plusieurs reprises, d’antagonistes venus de l’espace qui permettraient d’unifier les peuples de la Terre.

E.T., l’extraterrestre.
Steven Spielberg et le président Ronald Reagan.

 

Le 27 juin1982, le Président Reagan et sa femme Nancy Reagan avec Steven Spielberg lors du diner officiel et la présentation du film « E.T, l’extraterrestre »; dans la Chambre Bleue.

C’est à ce moment aussi que Spielberg fut étiqueté comme étant en lien avec le Gouvernement américain et dont le rôle aurait été de diffuser de manière « douce », au grand public, des informations sur l’existence d’extraterrestres sur notre planète. Pourtant, si cela est particulièrement défendable dans Rencontre du 3è type, cela l’est moins dans E.T. l’extraterrestre. En effet, si de nombreux témoignages décrivent des aliens de petite taille à grosse tête, en revanche, peu ressemblent à la description d’E.T.

Spielberg aura des contacts avec d’autres présidents comme Bill Clinton et Barack Obama (dont il aida à financer la campagne, car très proche du camp Démocrate). Nous connaissons l’intérêt de Bill Clinton et de sa femme, Hillary, pour le sujet OVNI et extraterrestre. Spielberg déclarera : « Je connais au moins deux présidents qui n’ont pas été briefés – tout du moins, c’est ce qu’ils me disent – sur l’existence des preuves indéniables que nous répertorions. » Ces deux présidents sont Jimmy Carter et Bill Clinton. Nous ne savons pas ce que pense officiellement Barack Obama sur le sujet, même s’il a beaucoup plaisanté avec. Mais, Spielberg étant un généreux donateur du Parti Démocrate, il n’est pas impossible que les deux hommes aient échangé sur ce sujet. Et, actuellement, il semble peu probable que Spielberg ait des contacts avec Donald Trump sur un tel sujet.

Spielberg décoré par le président Bill Clinton.
Steven Spielberg et Barack Obama.
Steven Spielberg et Barack Obama.

 

Il faut dire que, depuis 2005, une inflexion semble s’être faite dans la représentation du gentil extraterrestre mis en avant par le cinéaste. La reprise de La guerre des mondes, adaptée du romancier H.G. Wells, montre l’invasion de la Terre des extraterrestres belliqueux. Et, dans une déclaration au Chicago Sun Times, en 2005 (époque de la sortie de La guerre des mondes), il déclare :

«  Je suis un peu moins certain dans ma cinquantaine que lorsque j’avais 20 ans, que nous aurons de la visite. Pensez aux milliards de caméras partout maintenant, il y a beaucoup moins de photos d’ovnis aujourd’hui. C’est peut-être une période de « hors saison » pour les Ovnis. »

Alors, Steven Spielberg en sait-il plus qu’il n’en dit sur ce sujet ? A-t-il reçu de réelles confidences de présidents ? Est-il un agent chargé de révélation de ce sujet auprès du grand public ? S’il n’existe actuellement aucune preuve sur ce sujet, il n’est pas interdit de se poser la question…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *