CONFÉRENCE DE CHRIS ESSONNE : ANTIGRAVITÉ ET TECHNOLOGIES EXTRATERRESTRES

CONFÉRENCE DE CHRIS ESSONNE : ANTIGRAVITÉ ET TECHNOLOGIES EXTRATERRESTRES

Chris Essonne se présente comme ingénieur, connaissant les questions techniques et s’étant intéressé aux OVNIs depuis quelques années.

Il débute sa conférence en rappelant le contenu de témoignages de militaires au National Press Club, comme Karl Wolfe, Clifford Stone, Mark McCandlish (évoquant le projet de la première soucoupe américaine). Il cite également Steven Greer qui affirme que, selon la NSA, les Américains maitrisent l’antigravité depuis 1954.

Et selon l’auteur Paul LaViolette, Nikola Tesla, génie d’origine serbe, aurait découvert l’antigravité. Chris Essonne nous montre quelques documents en rapport avec Nikola Tesla et nous passe un témoignage du physicien serbe datant de 1890.

Dès lors, notre conférencier s’interroge ensuite sur les possibilités d’annuler la gravité, en posant l’équation suivante :

p=m x g

p est le poids

m est la masse

g est la gravité.

Dès lors, nous pouvons poser les hypothèses suivantes :

Soit p=0

Soit m=0

Ou soit g=0.

Or, selon Chris Essonne, un OVNI fait les trois à la fois !

Il va ensuite aborder la notion d’éther, élément de la matière évoquée par certains scientifiques du début du XXè siècle et introduire cet élément dans sa réflexion.

Si g = 0, et si la pression d’éther est constante, la gravité est annulée ; ce qui entraine la création d’un vortex pour annuler la gravité. C’est comme « s’isoler dans une bulle ».

Le vide contiendrait un champ (le « champ de Higgs », du nom de l’inventeur de la particule nommée boson de Higgs) partout présent dans l’espace. Les particules de la masse nulle interagissent avec le champ de Higgs. Le champ de Higgs est la pression d’éther et le boson de Higgs une particule d’éther.

Depuis le traité d’électromagnétisme de Maxwell (en 1873), la théorie de l’électromagnétisme est fondée sur l’éther ; même si elle sera remise en question bien plus tard, lorsque les scientifiques cesseront d’évoquer la notion d’éther.

Chris Essonne donne l’image d’un OVNI comme une méduse créant une pression pour se laisser porter ; ou à l’image du surfer qui se laisse porter par la vague.

Puis, Chris Essonne nous montre différentes images de véhicules qui seraient mus à l’électrogravité :

  • L’OTC-XI, d’Otis Carr (1985).
  • Le Flux Liner, disposant d’un générateur à mercure.
  • Le TR3B, équipé d’un tore en fer ionisé et d’un moteur nucléaire. Le tore en fer ionisé va créer un vortex permettant le déplacement du véhicule.
  • La « soucoupe d’Adamski » : fameux véhicule pris en photo par le contacté américain George Adamski. Sous cette soucoupe se trouvent des sphères avec des charges électromagnétiques créant, là aussi, un vortex.

Puis, il va évoquer certains auteurs récents qui parlent d’un Programme Spatial Secret (PSS) : Michael Salla (auteur de plusieurs livres sur le sujet), Elena Danaan et David Rousseau. Ces deux derniers prétendent avoir été enlevés par des extraterrestres qui leur auraient confié des informations.

Chris Essonne nous montre ensuite des images du lancement de Space X, le premier septembre 2016, où un objet volant non-identifié détruit Space X sur sa rampe de lancement, sans que nous en connaissions la raison. A observer les relevés liés à la vitesse, l’accélération, le rayon de courbure et l’altitude, nous avons une multiplicité du nombre 7, bien supérieure au seul « hasard ». Posant à la question à une personne en relation avec certains de ces êtres, la réponse sera qu’il s’agissait d’un avertissement pour non-respect d’un accord…

Stéphane Royer

Partager cet article

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*