INTERVIEW DE SÉBASTIEN RAOULT

INTERVIEW DE SÉBASTIEN RAOULT

Stéphane Royer : Bonjour Sébastien. Donc, toi tu es le rédacteur adjoint du magazine OVNIS. Est-ce que tu peux nous expliquer comment ça s’est passé, comment tu es arrivé là ?

Sébastien Raoult : alors, déjà pour la petite histoire, OVNIS était ALIEN, il y a 16 ans de ça et il est passé OVNIS il y a à peu près trois ans. De mon côté, j’ai été enquêteur au MUFON, de 2019 à 2020. J’ai suivi l’aventure du Maybe Planet après pendant une année et je suis arrivé rédacteur en chef adjoint depuis un an environ. Ce qui implique rédaction d’articles, rédaction de l’édito, et coordination de la réception des articles par les auteurs, la mise en forme pour la revue tous les trois mois.

Stéphane Royer : Et alors comment tu en es venu à t’intéresser à l’ufologie, ou d’autres sujets connexes peut-être ?

Sébastien Raoult : Oui, alors depuis mon plus jeune âge, depuis l’âge de 6-7 ans, je regardais les étoiles. Donc le coté astronomie classique, on va dire. Et la question de « sommes-nous seuls dans l’univers ? » a été véhiculé autant par Carl Sagan, sur le côté bien scientifique, mais cette question-là m’a toujours taraudé et, de fil en aiguille, on en est arrivé à… ‑ par les écrits anciens, par les traces radars, les multitudes de témoignages, sur… et au-delà ‑ « est-ce que nous sommes seuls ? Avons-nous été visités ? De là a découlé l’intérêt pour l’ufologie.

Stéphane Royer : D’accord. Et alors, toi, quel a été ton premier ouvrage d’ufologie sur le sujet ?

Sébastien Raoult : Alors, le premier ouvrage ufologique, ça a été Science Interdite, le premier volume, de Jacques Vallée. Et il s’en est suivi après plusieurs livres de Jacques Vallée. J’ai lu Gildas Bourdais, Eric von Daniken, ton livre aussi.

Stéphane Royer : Merci.

Sébastien Raoult : Les livres de Franck Maurin, de Sylvain Matisse sur les OANIs, J’en ai une multitude et je ne pourrai pas tous les citer là.

Stéphane Royer : Est-ce qu’il y a un auteur qui t’a influencé plus qu’un autre ? Jacques Vallée, peut-être ?

Sébastien Raoult : Alors, voilà, Jacques Vallée m’a bien influencé dans le sens où j’aime son approche de la dualité matériel/immatériel. C’est-à-dire qu’il rejette absolument pas, enfin selon moi, ce que je comprends de sa théorie, le côté « tôle et boulons ». C’est pas qu’il rejette, juste qu’il le compose avec peut-être ce côté psychique. Alors ça reste une théorie, mais est ce qu’on provoque nous-même quelque chose parce que ce qui est dit sur les témoignages, c’est le témoignage d’une personne qui voit quelque chose, qui va être complètement différent de la même personne qui est assis à côté de toi sur un banc, par exemple. Donc, c’est ce côté-là qui m’intrigue un petit peu, mais ça reste des hypothèses. Je suis donc parti sur ça, sur ce coté à la fois matériel et immatériel sur la conscience.

Stéphane Royer : Alors, en sachant que Jacques Vallée est un ufologue de longue date, qu’il a émis plusieurs hypothèses, qu’il est parti effectivement d’abord de l’aspect « tôle et boulons », qu’il est parti ensuite sur « autres dimensions » et l’aspect un peu plus immatériel on va dire ; et il est revenu sur des choses plus terre à terre, récemment, avec des analyses, on va dire « physiques » pour faire simple, et puis évidemment, il y a le dernier livre sur le crash. Ou le crash supposé, en tout cas.

Sébastien Raoult : Voilà. Ce fameux crash, effectivement, a ses détracteurs. Après, c’est difficile de toute façon, en tant que simple lecteur, il y a que Jacques Vallée, Paola Harris et les témoins qui savent réellement si ça s’est passé ou non. J’aurai tendance à croire… c’est compliqué dans le sens où, pour moi, les témoins pensent, et c’est ce que John Mack peut dire sur le côté abductions, par exemple, pour repartir sur deux choses, pour moi ils pensent réellement avoir vu quelque chose. Après, qu’est-ce que c’était. Ça peut très bien être… j’ai toujours pensé que si on prend le cas de Trinity, ça aurait pu être un lâcher de bombe vierge, au final, qui s’est mal passé. Le coté avocat, qui ressemble pas mal à la bombe initiale. Ça peut très bien être ça. Et du haut d’un enfant de 7 ans et d’un autre enfant de 9 ans, ça peut être tout aussi impressionnant.

Stéphane Royer : Une confusion est possible.

Sébastien Raoult : Oui, tout à fait. Et je pense que c’est ce qu’il faut faire de toute façon quand on veut être sérieux dans ce domaine, ne pas prendre pour argent comptant, le coté rasoir d’Ockham. Se dire : on va déjà prendre le coté le plus simple et si jamais on a tout effacé, on part sur quelque chose de plus exogène, mais toujours rester sur terre.

Stéphane Royer : Bien sûr. Et concernant le système de contrôle évoqué par Jacques Vallée, qu’est-ce que tu en penses ?

Sébastien Raoult : Alors le système de contrôle est intéressant dans le sens où, par petits morceaux, il y aurait des indices laissés ici ou là pour guider tranquillement notre civilisation humaine sur justement ce côté des choses qui nous échappe au final. C’est intéressant. Ça reste encore une fois une hypothèse qui peut… il y a des faisceaux d’indices qui peuvent laisser penser que oui, effectivement, c’est une hypothèse intéressante. Je le rejoins sur le côté conscience. Le coté système de contrôle ça lui appartient. Je me le suis pas imprégné personnellement. J’entends ce qu’il dit, c’est pas déconnant mais, là, pour le coup, c’est plutôt quelque chose que j’ai lu. Que j’intègre, mais sans forcément y adhérer.

Stéphane Royer : Pour terminer sur l’aspect OVNI et conscience, qu’est-ce que tu penses des travaux de Fabrice Bonvin et de toute l’école qui est sortie avec le premier livre sur le sujet, puisqu’il a sorti un deuxième livre mais cette fois-ci tout seul, quel est ton idée par rapport à ça ?

Sébastien Raoult : Alors, mon idée, c’est vrai qu’il est un peu sur la droite ligne de ça, avec la physique de l’information qui nous ramène sur le côté quantique. Et d’ailleursn la science « classique », on va dire, commence aussi à pencher sur le côté quantique, sur le côté où regarder quelque chose va influencer justement la réaction de la matière sur cette chose. C’est pareil, c’est des choses qui nous échappent, qui j’espère un jour seront découvertes, au moins en partie, et Fabrice Bonvin, là-dessus, sur le côté psychologique, je crois d’ailleurs qu’il a un master de psychologie, est dans cette droite ligne qui m’intéresse autant que… alors, toujours pareil, sur le côté abducté de John Mack mais, vraiment, je pense que c’est très important de prendre le coté psychologique du témoin. Parce que pour moi les témoins, encore une fois, la plupart ne disent pas de bêtises au final. Enfin, ça se sent très vite ayant été enquêteur au MUFON, ça se sent très vite quand un témoin se dit… enfin raconte des bobards. Ça veut pas dire que c’est forcément réel dans le sens où c’est exogène, mais pour moi, un témoin a effectivement vu quelque chose. Après, reste à savoir la genèse de cette chose-là.

Stéphane Royer : Alors, justement, je rebondis là-dessus : tu as été enquêteur au MUFON. Pour toi, quelle a été l’enquête la plus intéressante sur laquelle tu es intervenu ?

Sébastien Raoult : Alors, l’enquête la plus intéressante, ça s’est passé au moment où il y avait cette vague de triangles du côté de la Belgique. Et j’ai un témoin qui m’a dit avoir vu la même chose du coté de Saumur. C’est pareil : là, ça remontait à une trentaine d’années, donc très difficile d’enquêter d’investiguer. Plus les cas sont lointains, plus c’est difficile à investiguer, mais ça m’a toujours impressionné dans le sens où lui corroborait, avec toute sa famille, il m’a bien décrit la chose…

Stéphane Royer : Donc, il y a eu plusieurs témoins ?

Sébastien Raoult : Il y a eu plusieurs témoins ! Ils m’ont tous expliqué la direction, donc tout ça concordait bien. Après, reste à savoir ce que c’était, là c’est plus compliqué. Mais ça fait partie de cette vague belge qui, apparemment, se serait déroulé du coté de Saumur.

Stéphane Royer : Est-ce que tu as rencontré beaucoup d’ufologues, de chercheurs, dans le cadre de tes recherches, ou en lien avec le magazine ?

Sébastien Raoult : Oui, alors petit à petit j’en rencontre. Toi, par exemple. Fabrice Bonvin que j’ai eu au téléphone. Franck Maurin. Enfin, voilà. Petit à petit, j’essaye d’amener tout le coté éclectique du magazine en leur proposant d’écrire des articles. Bragi Bellovaque aussi, qui est investi plutôt sur le côté Big Foot, Dogman, qui peut aussi être lié à une certaine immatérialité. Qui peut être, selon lui, selon ses théories, corroboré quand il superpose une carte des observations d’ovnis aux États-Unis, je crois que c’est quand…je veux pas dire de bêtise, c’est pas la vallée de l’Hudson, mais sur les États-Unis dans sa globalité, et avec les observations du Big Foot, ça se corrobore sur une certaine partie, donc voilà pour Bragi Bellovaque. Alors, j’ai pas eu l’occasion, mais j’aurai bien aimé, c’est de rentrer en contact avec Gildas Bourdais parce que, c’est pareil, ça reste quelqu’un qui est entré sur le terrain, et je pense que petit à petit, d’ailleurs, beaucoup de gens sur le terrain vont, petit à petit, malheureusement disparaitre. L’âge faisant ça, laissant place aux nouveaux enquêteurs qui seront peut-être plus amené à être sur internet, sur Google, etc. donc, voilà, c’est cette ufologie « high school », au final, qui, j’espère ne va pas disparaitre, mais pour moi avec les outils va l’être un petit peu.

Stéphane Royer : Après, effectivement, on peut être enquêteur de terrain, rencontrer des témoins, et aussi profiter des fabuleux outils qui sont sur internet pour faire des recherches. Après, évidemment, il y a, bien sûr, de la désinformation aussi, je pense qu’il faut se méfier, mais effectivement, ça reste un outil.

Sébastien Raoult : Voilà.

Stéphane Royer : Je partage ton avis sur le fait que beaucoup d’enquêteurs de terrain disparaissent mais, reste le MUFON, restent d’autres associations, réseaux d’enquête qui existent, et ça c’est très bien aussi. Si tu devais conseiller trois livres, en matière d’ufologie, qu’ils soient français ou étrangers, je sais que c’est une question difficile, quel serait ton choix de trois livres ? C’est très limitatif.

Sébastien Raoult : Je conseillerai un livre de Gildas Bourdais, justement, pour sa première affaire sur Roswell. Que ce soit Gildas Bourdais, ou même les enquêtes de Carrey, de Schmitt, etc. Disons, qu’un livre sur l’affaire Roswell, qui pour moi est importante, peu importe ce qu’elle a été dans sa genèse, il y a quand même beaucoup de témoignages. C’est très intéressant pour moi de commencer par là.

Stéphane Royer : Nous sommes même à la troisième génération de témoins sur le cas Roswell, enquêtés par Schmitt et Carrey.

Sébastien Raoult : Voilà. Tout à fait. Les enfants de Roswell, etc. Un livre… on va prendre un livre sur Vallée. Allez, Le collège invisible quand même. Alors, on est pas encore sur le côté…enfin, il est en train de changer tranquillement d’aspect. On est encore un peu sur le côté « tôles et boulons » mais il prend part aussi sur le côté conscience. Donc, ça ce serait mon deuxième livre. Et un troisième livre : alors, je vais citer Sylvain Matisse, plutôt un enquêteur relativement jeune parce qu’il s’intéresse à un domaine qui est peu connu en France et qui est peu investigué, c’est sur les OANIs. Parce que je pense qu’il y a une partie du mystère qui, selon moi, se trouve aussi au fond des océans. Qu’on connait largement moins bien que la surface lunaire. C’est dire le côté un peu fou de la chose. Voilà, je conseillerai le premier livre. Il en a écrit deux mais tu m’en as demandé trois, donc je vais rester à trois. Le premier livre d’investigation sur les OANIS de Sylvain Matisse.

Stéphane Royer : Et alors, un ou deux livres de chevet ? Il y a celui de Jacques Vallée, j’imagine ?

Sébastien Raoult : Oui, celui de Jacques Vallée. Et je pense que, mon livre préféré, mais celui-là je vais le mettre carrément tout en haut de la pile, ça va être, de Ardy Sixkiller Clarke, Rencontre avec le peuple des étoiles. C’est pareil, ce lien un peu au travers des âges, avec une population amérindienne et les Star People, est quelque chose de déroutant et pour eux c’est tellement naturel. On a des peintures, on a des représentations… Voilà, ce côté sans tabou est vraiment très étonnant et fait se poser des questions. Et, en même temps, ce côté poétique, un peu magique.

Stéphane Royer : Et alors, je dirai, concernant les projets futurs du magazine OVNIs, est-ce qu’il y a des choses qui sont prévues ? De prochains articles ? Prochaines interviews ?

Sébastien Raoult : Alors, ce qu’on veut, c’est surtout faire la place à la diversité. Et on veut pas se cantonner à une seule vision de l’ufologie, mais vraiment partir, comme je le disais tout à l’heure, Bragi Bellovaque sur les Big Foot, on va partir sur les ovnis dans l’histoire avec Elton John, sur Franck Maurin avec le coté vraiment militaire, pragmatique. Ton interview sur les OVNIs et le nucléaire. Fabrice Bonvin qui va certainement écrire bientôt sur la conscience, donc voilà. Y a pas d’église, on veut être éclectique, et que chacun pioche ce qu’il a à piocher et après on va prendre les infos. Et on s’inscrit sur un temps long, l’équipe s’est bien restructurée. On veut que ce soit…alors, c’est pas très modeste, mais on veut être, devenir, la revue de référence sur l’ufologie. Voilà !

Stéphane Royer : Alors, il y aura un jaloux : c’est LDLN.

Sébastien Raoult : Alors, LDLN, effectivement, c’est l’historique. Après, j’espère qu’il y aurai jamais de… c’est un peu utopique, de concurrence. Je pense que LDLN est complémentaire. Quand je disais être la revue de référence, c’est surtout montrer un gage de sérieux. Voilà. De prime abord, quand on parle de revue ufologique, on peut tout de suite, soit faire sourire, soit avoir ce coté stigmatisant, nous on veut au contraire montrer que l’ufologie pouvait être sérieuse, que l’ufologie peut autant approcher la philosophie, la sociologie, l’aéronautique, l’astronomie, l’archéologie, enfin, voilà. Mais toujours avec les pieds sur terre.

Stéphane Royer : Un bel objectif en tout cas.

Sébastien Raoult : Voilà. Un vœux pieu.

Stéphane Royer : Tu parlais, enfin, on parlait de LDLN, tu connais Jean-Louis Lagneau ?

Sébastien Raoult : Alors, je l’ai jamais rencontré, mais on est « amis » Facebook, mais j’avais dans l’idée…on s’était contacté par mail… d’avoir une sorte de synergie, de faire un échange de bons procédés, qu’on parle de sa revue, qu’il parle de la nôtre. Parce que je pense que LDLN ne doit pas mourir. Joel Mesnard a fait un travail formidable…

Stéphane Royer : Autre grand ufologue français.

Sébastien Raoult : Tout à fait ! Voilà, oui. C’est vrai que j’aurai pu aussi citer Affrontements extraterrestres, de Joel Mesnard, que j’ai lu ; Je pense que ça fait partie des piliers de l’ufologie, qu’il ne faut absolument pas laisser mourir. Un petit peu comme les chercheurs dont je parlais tout à l’heure, qui approchent plus de 80 ans : Jean-Pierre Petit, Jean-Claude Bourret, Vallée, Bourdais, ne seront pas éternels, et je pense qu’il y a un travail de mémoire que nous, plus jeunes, devons faire.

Stéphane Royer : Voilà, on est là pour ça. Un dernier mot pour finir ?

Sébastien Raoult : Un dernier mot. Un conseil que je donne à chaque personne qui veut se lancer dedans, c’est toujours garder un esprit critique. Ouvert mais critique. Voilà. Surtout à l’époque où, par Youtube, on peut raconter n’importe quelle bétise, pour être poli. Je pense qu’il faut toujours sourcer : on dit, OK, qui vous a dit ça ? Quelle est la source ? Il faut recouper, sinon, honnêtement, ça ne…on entre dans la croyance, et si on entre dans la croyance on est plus dans la recherche.

Stéphane Royer : Bien, merci Sébastien.

Dernier numéro en date du magazine OVNIS, Science et Histoire.

________________________________________________________________________________________________________________

Cachan, le 19 mars 2022.

https://fr.divertistore.com/science/magazines-de-science/aliens.html

https://www.facebook.com/Ovnis-science-histoire-338293476894390

Partager cet article

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces HTML tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*