Strasbourg – Février 2012

Nous n’étions que 6 mais le temps était très froid -14° et j’au eu beaucoup de défection a cause de ce froid. Certains, peut nombreux, on bravés les température hivernale, moins 14°, pour venir au Repas de Strasbourg. L’un des participants est même venu de Mulhouse.

Nous avons discuté encore sur le sujet brûlant de l’affaire de Golfech. Cette affaire est en effet au centre de discutions âpres depuis plusieurs mois. Un forum a été spécialement créé pour cela : http://scandaleaugeipan.forumgratuit.fr/ La façon dont le Geipan traite certains dossiers laisse à désirer et les participants remettent en cause la crédibilité de ce service. La question de savoir si l’on doit continuer a orienter les témoins vers la Gendarmerie et le Geipan est posée.

Nous avons aussi discuté sur l’affaire de Tenteling, qui a été résolu en moins de 3 h par un ufologue alors que le Geipan l’a classé B sans aucune enquête. Ces affaires mettent aussi en évidence un aspect qui semble attirer l’attention de participant : le traitement des témoins eux même dans les enquêtes sur les observations. En effet les témoins ne sont jamais entendu par le Geipan et n’ont de réponse de sa part que dans un courrier très impersonnel classant leur affaire. Cette frustration est très mal ressenti dans la plupart des cas. Les discussions semble indiquer que l’orientation que prend, aujourd’hui, le Geipan inquiète le public un peut informé.

Nous vous informons que le vendredi 2 mars 2012 nous recevrons Monsieur Jean Gabriel GRESLE au Repas Ufologique de Strasbourg. Jean Gabriel GRESLE a sorti sont dernier livre :

Un commentaire sur“Strasbourg – Février 2012

  • Dor B.

    Bonjour, je mettrais un bémol sur les retours du Geipan.
    Une première observation, déposition en gendarmerie, dossier trans mis, retour par mail poli.
    Une seconde,même topo, mais pas mes mêmes retours, plusieurs appels du Geipan, assez longs, pour situer tous les détails, faut dire que par chance j’ai pu presque tout noter.
    Ils sont intrigués.
    Et un officier qui débarque, le dossier a été transmis au gouverneur de la région aérienne.
    On vérifie mes notes , moins de cinq degrés d’écart avec mes relevés au pif et les siennes
    Faut dire que j’avais de suite vérifié ce qui volait à ce moment, ce qui permet de bien figer le lieux, le moment, le trafic, les angles de vue.

    Pas toujours des barjots ces mecs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *