Toulouse – CR du 13 Janvier 2010

C’est plus de 80 personnes qui assistaient au Repas Ufologique Toulousain du 13 Janvier 2010 qui s’est déroulé en la présence d’Yvan Blanc, responsable du Geipan.

C’est la première sortie d’Yvan Blanc dans un Repas Ufologique, sa première sortie au sein d’une assemblée d’ufologues privés. Elle a été réussie, Yvan Blanc s’est montré décontracté, convivial et à la disposition de tous. « Vraiment un homme très ouvert » nous dit l’un des participants à ce Repas. On regrette donc de ne pas pouvoir le rencontrer plus souvent dans de telles circonstances, nous savons très bien aussi qu’il participe à des travaux d’une haute importance sur d’autres projets au sein du CNES de Toulouse.

Mais, pas de surprise, l’exposé et les réponses aux questions lors du débat, n’ont fait que de nous confirmer le rôle du Geipan, l’objet de sa mise en place et surtout ses limites ! Oui, le Geipan, mais nous le savions déjà, n’est pas un centre de recherche ! Pas de scientifiques à plein temps pour travailler sur le sujet, pas de laboratoire au sein de l’organisme, un budget non conséquent et donc, l’organisme est là pour « rassurer » le public en quelque sorte, collecter les observations….. pas pour faire de la recherche…..

A ce propos, le Geipan à consolidé son « secteur » enquêtes avec du personnel en place et son réseau d’enquêteur « IPN ». Le réseau fonctionne bien. Les observations qui sont communiquées au Geipan, sont ainsi mieux documentées, plus précises ce qui en plus des éléments contenus dans les PV de gendarmerie, permet un classement plus judicieux. Pas de recherche fondamentale sur les cas ou sur l’ensemble du phénomène, il en ressort que le Geipan fait surtout un travail de classement, d’archivage….. Tous les cas, une fois documentés, sont mis en ligne sur le site du Geipan. Ce travail se poursuit toujours.

Dans la salle, Serje Perronnet (1), venu tout spécialement d’Albi pour rencontrer Yvan Blanc, n’a pas manqué d’évoquer, dans un climat sympathique et sur le ton plutôt de la plaisanterie, (ce qui a contribué à l’ambiance tout à fait conviviale de la soirée) l’affaire du 5 novembre 1990. Mais, sans faillir à la stratégie déjà en place au temps de son prédécesseur, Jacques Patenet, il à répondu qu’il s’agissait d’un dossier ancien, classé, qu’il n’était pas présent à l’époque et qu’il n’y avait pas lieu de l’ouvrir à nouveau. Il a toutefois reconnu qu’il pouvait y avoir dans les cas qu’on lui rapporte aujourd’hui, autre chose qu’une rentrée atmosphérique !

En ce moment, ou il est souvent question de « divulgation » de la part des gouvernements, Yvan Blanc à précisé que le Geipan ne ferait aucune annonce complémentaire sur une quelconque officialisation du phénomène. Donc rien de plus à attendre de ce côté là, la France est claire en la matière, elle à un organisme dédié à ce phénomène. Ce qui veut dire qu’elle reconnaît au moins son existence. Ce qui n’est pas le cas pour les américains, eux officiellement continuent à nier l’existence des ovni, disposent de lois pour « faire taire » certains témoins appartenant à des administrations et n’ont jamais mis à la disposition du public la documentation officielle liée à ce sujet.

Au niveau de la communication, de la sensibilisation du grand public, Yvan Blanc ne voit aucun moyen complémentaire à ce que fait le Geipan, l’élaboration et le maintient du site, ainsi que sa participation dans les grandes émissions sur le sujet.

L’utilité des Bonnettes à réseau ( ou réseau de diffraction) a été évoquée par un membre de l’association UFO-Science. Nos remerciements à UFO-Science pour la distribution gratuite à l’assistance d’un exemplaire de ce réseau qui nous l’espérons, permettra d’en savoir plus sur le phénomène ovni, lorsqu’il aura été pris en photo à l’aide de ce matériel. ».

La soirée s’est terminée à la satisfaction des personnes présentes, nous remercions vivement Yvan Blanc d’avoir pris un peu de son temps précieux, pour venir nous parler du Geipan, nous avons largement apprécié sa gentillesse et sa courtoisie.

(1) Nous venons d’apprendre l’accident de la route dont a été victime Serje Perronnet lors de son retour à son domicile. A une vitesse d’environ 70 Kms/h son véhicule a quitté la route, faisant plusieurs tonneaux. Hospitalisé, Serje Perronnet, par chance, n’a aucune blessure importante mais souffre en de nombreux endroits suite à des chocs divers. Il a rejoint son domicile rapidement. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement. Pour cette raison et du fait du manque de véhicule, ce dernier étant inutilisable, les prochains repas d’Albi et de Rodez seront annulés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *