Toulouse – Repas du 26 Juin 2013

JEAN GABRIEL GRESLE – « LA GENÈSE D’UN SECRET D’ÉTAT »

« Deux présidents des États-Unis ont-ils décidé de couvrir par un secret d’état les preuves matérielles qu’ils détenaient d’une présence non-terrestre sur notre planète ? »

Pilote de chasse

En 1952, alors qu’il élève-pilote de chasse au Cadet Club de l’USAF en Caroline du Nord, Greslé entend à la radio annoncer que les émissions sont arrêtées dans tout le territoire des USA car des échos non identifiés viennent d’être détectés au-dessus de la Maison Blanche et du Pentagone. La radio demande de ne pas quitter l’écoute, mais au bout d’une demi-heure, on parle d’événement incertain. A la même époque, Un instructeur et son élève révèlent à Greslé leur expérience de croisement d’un engin « bizarre » en vol de nuit.

En septembre 1955, à Cap Saint Jacques (Vietnam) avec un ami pilote de chasse également, il aperçoit une énorme boule jaune ressemblant à un météore, qui descend à 45° vers l’horizon puis semble rebrousser chemin en laissant derrière elle une traînée lumineuse d’un vert intense.

Il travaille dans la prospection aérienne, ainsi que pour le Commissariat à l’Energie Atomique.

Pilote de ligne

En 1968 au Brésil, aux commandes d’un Boeing 707, entre Rio de Janeiro et Florianopolis, à 10 800 m d’altitude, il remarque sur l’écran de son radar un écho en forme de goutte d’eau. Il pourra mesurer la vitesse de l’engin (près de 5300 km/h) mais n’aura jamais de contact visuel car il volait dans une couche nuageuse située sous le Boeing.

Ci-pilote à Air France, il a à l’occasion de lire le rapport Condon à l’époque sa parution à New York. La lecture est ardue, mais les annexes le convainquent que l’Armée de l’Air et le projet Blue Book ne sont pas sincères. Il est encouragé dans cette conviction par d’autres documents, tels les AFR-200-2 ou le JANAP-146, ou montrant l’intérêt pour le sujet par l’Armée américaine et les services de renseignement, en contradiction avec l’image qu’il perçoit dans la presse ou le public. Ayant accès à 1600 pages dactylographiées venant du FBI, il indique à qui veut le savoir comment se les procurer 1.

Airmiss

Le 27 juillet 1984 à 23:50, alors qu’il pilote le Boeing 747-Combi du vol Air France AF 6842 relie Los Angeles à Montréal : La nuit est parfaitement claire et la visibilité excellente tandis que nous passons au nord de la ville de Detroit. La fin du vol en croisière à 11 500 m d’altitude approche. Dans la glace latérale droite, derrière la tête du copilote, j’aperçois une épaisse traînée lumineuse qui dépasse l’avion à grande vitesse. Elle est attachée à un groupe serré de 3 sphères d’apparence métallique et la trajectoire suivie par ce phénomène est rigoureusement parallèle à notre route. Son altitude est légèrement au-dessus de l’horizon. Un chronométrage précis permet de voir que les objets nous doublent en 15 s. En tendant ma main à bout de bras, tout en alertant mon équipage, j’obtiens des mesures angulaires précises du phénomène. Au moment où je vais demander des explications au contrôleur de la navigation aérienne sur ce « trafic » non annoncé, c’est lui qui appelle pour me demander de décrire ce qui vient de nous dépasser. 2 autres vols commerciaux, un Olympic Airways et un Lufthansa, interviennent sur la même fréquence pour confirmer cette observation. Je demande alors à la tour de contrôle si ses radars visualisaient ce curieux engin et lui annonce que j’envisage de déposer un « airmiss », une procédure prévue en cas de risque de collision grave. Très gêné, le contrôleur confirme que l’avion d’Air France était bien le plus proche du phénomène mais que celui-ci n’avait jamais été à moins des 9 km réglementaires pour justifier une telle procédure. Cette distance minimum de passage de l’objet me permet d’évaluer ses dimensions et sa vitesse. Les calculs montrent que le phénomène se déplaçait à une vitesse supérieure à 3400 km/h. Le groupe d’engins qui précédait la traînée lumineuse pouvait avoir un diamètre de 100 m environ tandis que la traînée, très dense, opaque et lumineuse sur toute sa longueur, s’allongeait sur environ 2 km… Il a été estimé que les 3 objets sphériques étaient à 10 km du Boeing 747, volaient à 3300 km/h (contre 900 km/h pour l’avion) et avaient un diamètre de 40 à 50 m environ.

Observation

Le soir du 5 novembre 1990 à Gretz-Armainvilliers (Seine-et-Marne), en sortant d’un cours il aperçoit avec des amis une structure rectangulaire se déplaçant vers l’est et balisée de nombreuses lampes rouges. Elle a la forme d’une flèche de grue avec, à l’avant, deux phares projetant une lumière blanche. La longueur apparente de l’objet est estimée à 400 m et son épaisseur à 80 m environ, soit des dimensions un peu plus grandes que celles de la Tour Eiffel. La vitesse de l’objet est assez faible (entre 150 et 300 km/h) mais le plus impressionnant est le silence avec lequel il se déplace.

Après 39 ans d’aviation et 17 500 h de vol, Greslé prend sa retraite et écrit divers livres témoignant de ses enquêtes et expériences personnelles sujet des ovnis 2 3. Il continue de s’interroger, non pas sur la matérialité d’un phénomène — qu’il considère comme amplement prouvée — mais sur son origine. Il déclare : Pour moi, prises dans leur ensemble, mes observations se rapportent peut-être à des technologies humaines gardées secrètes par les états-majors militaires ou alors à des phénomènes relevant d’une science que l’humanité ne possède pas encore.

En 1995, il fait partie avec Alain Boudier des experts audtionnés pour l’élaboration du rapport sur les ovnis issu de la DRM. Cette année-là Bernard Thouanel, qui prévoit un 1er numéro VSD HS consacré au sujet mais ne connait pas grand monde dans le milieu ufologique français, contacte notamment Greslé, qui a collaboré à l’hebdomadaire lors de l’affaire de l' »autopsie de Roswell ». Greslé, avec Boudier, devient conseiller du magazine, propose des thèmes pour ce 1er numéro consacré à l’ufologie, tels les « anomalies lunaires » ou le « visage de Mars » mais qui ne convainquent pas la rédaction. Le sérieux officiel et scientifique que le magazine recherche sera trouvé en 1998 à l’occasion de la préparation d’un nouveau numéro, et d’un déjeuner-débat dans le restaurant parisien Fouquet’s, en Février, où Greslé et Boudier sont invités comme consultants aux côtés de personnalités intéressées par le phénomène ovnis, tels Jean-Jacques Vélasco, François Louange, Jean-Claude Ribes, Bernard Norlain, ou André Lebeau.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces HTML tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*