Michel Deseille et les Anciens Astronautes

Michel Deseille commence pour nous faire une lecture du texte de Zacharie, prophète biblique dans lequel il est question d’un ange et d’un objet qui s’élève dans le ciel (l’Epha), prenant des personnes avec lui.

Ensuite, il nous présente un ensemble d’images du passé évoquant d’anciens astronautes, que ce soient des objets figurés sur des grottes préhistoriques, les connaissances et l’origine des Dogons (peuplade africaine), les images présentes sur des peintures ou tableaux religieux. Il enchaine avec l’histoire des Anunnakis en nous montrant des images de sceaux (celui d’Enki), une image du caducée bien antérieure à la Grèce antique, différentes images des dieux dont certaines évoquent des êtres reptiliens ou en forme d’oiseau.

Au Pérou, il enchaine avec les pétroglyphes de Toro Muerto, figurant des oiseaux ou autres objets gravés sur la pierre et s’élevant vers le haut. Des images « d’astronautes » ou d’êtres venus d’ailleurs se trouvent sur des pierres au Pérou, dessinées sur les grottes du Tassili N’ajjer ou Jabbaren.

D’autres images figurent sur la Porte du Soleil, à Tiahuanaco, comportant 28 dieux à forme d’oiseaux. Un lien est fait avec Quetzalcoatl, le dieu oiseau-serpent, encore appelé « serpent à plume » ou bien avec les femmes à tête d’oiseau d’Afrique, le dieu assyro-babylonien Nisroth (à tête d’oiseau), etc.

 

En Amérique du sud, une représentation nous montre un « dieu » chez les Olmèques et chez les Aztèques, portant un sac et qui semble assis dans une sorte de « vaisseau volant » figuré par un serpent. Représentation que l’on retrouve en Egypte ou en Nouvelle-Zélande chez les Maoris. En Amérique du sud toujours, la dalle de Palenque, dite du roi Pacal, montre ce personnage qui semble être en position de piloter un vaisseau d’où des flammes s’échappent des tuyères sous l’engin.

 

 

Puis, nous voyageons, toujours en compagnie de Michel, sur les constructions cyclopéennes ; monuments mégalithiques à l’architecture étrangement similaire : les temples de la vallée d’Egypte sont évoqués, de même que les monuments de la culture kalassassaya à Tiahuanaco, le temple d’Abydos, les constructions de Cuzco, d’Ollantaytambo, Machu Picchu, l’Île de Pâques, etc. Non sans évoquer les curieux piliers en T de Gobekli Tepe en Turquie, qui dateraient de 11000 ans.

Michel nous montre aussi quelques artefacts bien étranges comme les représentations de lampes sur des temples égyptiens…et que certains techniciens modernes ont réussi à faire fonctionner en respectant le schéma ; les gravures du temple d’Abydos (Egypte) représentant des appareils bien modernes comme un hélicoptère, un bateau, un sous-marin ou bien le disque du prince Nabu qui semble bien être une pièce de machinerie antique.

 

 

Continuant par une citation de Cicéron rapportant d’étranges choses dans le ciel, de même dans le ciel de l’empire romain, Michel continue de remonter l’histoire en nous rapportant les observations dans le ciel de Gènes en 1608 : des objets sortent de l’eau et s’élèvent vers le ciel pour combattre entre eux. Il traite ensuite rapidement des vimanas, engins volants de la tradition indienne, ou bien du bateau de Frey, ce dieu nordique.

Mais pour quelle raison des êtres venus d’ailleurs sont-ils venus ? Pour aider nos ancêtres à développer leurs civilisations ? Sont-ils le chainon manquant tant recherché par les paléontologues et biologistes modernes ?

La trace de ces êtres, divinisés par nos ancêtres, se retrouve dans les écrits sumériens, ainsi que dans les textes de la Bible, dont certains sont connus comme les Elohim, et toutes les mythologies du monde entier.

Par ailleurs, il nous parle rapidement des noms que certains personnages des mythologies pourraient avoir en commun et, donc, représenter les mêmes personnes. Ainsi, Osiris, connu aussi sous le nom d’Asar, pourrait être Asar-El (le dieu Asar), El Asar ou Lazare.

Alors, que sont devenus les anciens astronautes ? Sont-ils repartis chez eux ? Repassent-ils de temps en temps pour constater nos progrès ? Sont-ils restés sur Terre, mais à l’écart de notre civilisation, en vivant sous terre ou sous les mers ?

Et si leur retour n’était pas le fruit du hasard ? Michel nous explique que notre système solaire s’est aligné sur le centre galactique depuis 2012. Sont-ils revenus pour nous aider dans notre évolution chaotique ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *