Strasbourg – Juillet 2007

Le repas du mois de juillet c’est déroulé avec une douzaine de participants. Si ce compte rendu ne vient qu’aujourd’hui c’est que dans certains boulots nous sommes aux 35 h, mais par jour.

Durant ce repas nous avons discuté de la façon dont les médias abordent le sujet des OVNI et des différentes émissions qui ont eu lieu en juin sur le sujet. Le bilan est assez décevant mais devions nous nous attendre à autre chose ? Non et c’est de notre faute.

Notre premier problème est la communication, nous ne savons pas faire.

Notre second problème est l’amalgame que font les média dans nos repas. Il confondent souvent participant au repas et Ufologue et orientent leurs caméra vers de doux rêveurs en les qualifiant d’ufologue alors qu’ils ne sont la que pour tenter de faire approuver des idées glanées au hasard de lectures plutôt douteuses et qu’ils interprètent a leur manière.

J’ai eu l’occasion d’entendre une personne pestant en public contre les médias conseillant de refuser les interviews parce que ces médias nous prenaient pour des rigolos et se faire piéger par France Inter en disant que les ET nous avaient placés sur terre pour nous élever comme du bétail afin de nous déguster le moment venue. Heureusement qu’il n’a pas parler cuisine, j’était en train de me voir cuit, sur un plat, le cul en l’air, entouré de petits poids et de frites avec une pomme dans la bouche, du persil dans les oreilles et je n’ose y pense, je ne sais quoi dans le troufion.

Nous avons aussi discuté de la mise en ligne des archives du GEIPAN. Très attaqué par les sceptiques de tous poiles où de petits profs pensent en savoir plus que les scientifiques du CNES, ou la déformation des dossiers par ces mêmes sceptiques, oriente les conclusions vers des hélicoptères, des bétonnières, des confusions ou des hallucinations allant même jusqu’à laisser entendre une manipulation des enquêteurs du CNES.

Lors de ce repas, nous avons aussi discuté sur les autres repas auxquels j’ai assisté en juin et juillet. En particulier a celui de Toulouse ou j’ai pu entendre et converser avec Jean Jacques VELASCO et celui de Paris ou j’ai eu l’occasion de revoir certains amis qui nous ont rendu visite a Strasbourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *