Toulouse – CR du 08 Juin 2011

UNE INTERVENTION REMARQUÉE AUX REPAS UFOLOGIQUES DE TOULOUSE LE 8 JUIN 2011 AVEC MICHEL VAILLANT.

Nous étions une quarantaine ce soir venus écouter Mickael Vaillant , un désormais habitué de nos repas , sur ce thème passionnant des crops circles. Son analyse fut des plus pertinentes :

« Vrai » ou « Faux » crop-circle, ceci est un débat épistémologique extrêmement délicat, jamais tranché. Tout d’abord parce que les critères permettant définir ce qu’est un «vrai » ou un « faux » crop-circle n’ont jamais été correctement explicités, et encore moins, n’ont permis d’apporter de consensus. Ensuite, même si de manière souvent implicite, l’idée est que les « vrai » crop-circles soient fondés sur des traces physiques étranges (anomalies) les rendant in reproductibles par l’homme, pour en réaliser la démonstration, il conviendrait de disposer de moyens logistiques, voire de laboratoires. Chose que la plupart des personnes intéressées ne peuvent se permettre. Et quand cela a été le cas, cela n’allait pas dans le sens d’une présence « exogène » (voir le rapport VECA).

Pour comprendre les auteurs, il reste à la majorité des observateurs, l’approche par le sens. La recherche d’un sens se doit ouverte, et ne doit pas ignorer le fait que le phénomène agrège de multiples acteurs aux motivations diverses. Il ne peut y avoir une unique explication.

L’approche ici présentée est « nouvelle » en ce sens qu’elle se veut aussi globale que possible. En offrant une vue synthétique sur un ensemble de crop-circles, non pas une analyse individuelle et isolée des crop-circles, mais par l’étude d’environ 1400 cas.

Le travail présenté a nécessité la création d’une base de données et l’enregistrement des informations détenues sur ces crop-circle : date de découverte, lieu, type de culture, symbole.

Cherchant à faire émerger un sens, un premier classement émerge et il est basé sur des conditions de nature géométrique ou descriptive. Il émerge ainsi un certain nombre de catégories, dont l’une d’elles regroupe les crop-circles de nature symbolique, c’est-à-dire reproduisant les symboles archétypiques de l’histoire de l’humanité.

Les symboles reproduits ont été à l’origine créés par l’ensemble des civilisations, ils touchent à des dimensions spirituelles, mathématiques et astronomiques. Cela touche au questionnement meta-physique et à la place de l’homme dans l’univers.

On observera ensuite une relation étroite entre le contexte historique des symboles portés par certains crop-circles et les sites à côté desquels ils figurent. Ces sites sont très souvent des lieux anciennement occupés par l’homme : Stonehenge, Uffington, Silbury Hill, North Ashbury, Willmington, etc. Les auteurs jouent de cette corrélation de nature temporelle entre les symboles qu’ils expriment et l’âge des sites choisis occupés par l’homme à des époques anciennes et parfois semblables.

Cette prédilection pour les corrélations spatiales et temporelles est une marque de fabrique des crop-circles makers, elle incite à observer et rechercher des relations chronologiques entre les symboles réalisés.

Un second travail montre que pour ceux d’entre eux qui sont reconnaissables, ils peuvent être organisés dans le temps qui année après année, suivant une chronologie qui suit l’histoire humaine, allant des plus anciennes civilisations aux plus récentes : Mother Earth Goddess, Triskele, Winged Disk, Dharma, Book of mutations, écriture Epi-Olmèque/Maya, etc. En pratique, la chronologie qu’ils décrivent progresse de 400 ans par année réelle.

Malheureusement, confronter cette vision symbolique qui émerge du terrain à une chronologie exhaustive des cultures et des symboles qu’elles ont générées, à leur datation, est difficile : il n’existe aucun travail scientifique suffisamment complet à ce jour.

José Arguelles, un professeur d’art américain, proposait néanmoins une vision chronologique de notre histoire en tout point comparable à celle créée par les crop-circles makers. Elle est basée sur de 13 tranches de 397 années, ou 13 baktuns.

José Arguelles, est fondateur d’un mouvement international et essentiellement anglo-saxon (Planet Art Network) ayant pour objectif de réhabiliter les calendriers Mayas, car basés sur des cycles naturels. Et le baktun en est un, sachant que 13 baktuns composent une ère Maya.

José Arguelles promeut la fin de nos civilisations actuelles avec l’avènement de la fin de l’ère Maya courante, qu’il a calculé à partir de son interprétation de la pierre du soleil pour le 21 décembre 2012 (c’est notamment lui qui est à l’origine de la propagation de cette idée).

Partant du calendrier des 13 baktuns, je décris une méthode qui permet d’associer à tout crop circle une date dans le passé, date à laquelle il pourrait être lié. Pour cela il faut tenir compte : de la date d’apparition du crop-circles, du point médian de la saison des crop-circles et de l’écart type. Cette méthode calcule assez correctement la date d’émergence de certains symboles déjà observés. – Suivant cette chronologie, le temps présent devait être rattrapé fin 2013.

Il est tout à fait possible, pour de nombreuses raisons évoquées dans la présentation que José Arguelles et ses équipes aient été à l’origine de nombreux crop-circles, en ce qu’ils illustrent sa pensée. On notera que José Arguelles est décédé cette année, le 23 mars 2011. Cela aura-t-il un impact sur la production des crop-circles en 2011 ? S’il y était engagé, comme il est possible de le penser, il est tout à fait envisageable que la saison 2011 soit « anormale » (baisse des crop-circles symboliques et de leur qualité).

Nous observerons finalement que la période couverte par les symboles des crop-circles, couvre des années 1985/1986 à nos jours (bien qu’il y en ait toujours eu, mais considérablement moins). Ces 26 dernières années couvrent l’holocène, cette période d’exceptionnelle stabilité climatique que nous vivons depuis 10000 ans. L’holocène signe le point d’émergence des civilisations par… la naissance de l’agriculture.

Le message, touche à la culture, notre valeur ajoutée en tant qu’espèce humaine. Notre culture émerge par une syntonie entre l’intelligence émotionnelle des êtres et l’environnement immédiat dans lequel ils vivent, l’harmonie qu’ils y construisent.

La culture est unique et non reproductible, car nécessite une période d’adaptabilité et de recherche d’équilibre longue. Elle se construit par la maîtrise de plus en plus grande de l’homme sur son environnement.

Le phénomène des crop-circles reproduit d’une certaine façon une synthèse de notre mémoire symbolique humaine, en fournit une rétrospective accélérée. Les auteurs donnent l’impression de reconstruire le phénomène des « Expériences de Mort Imminente » vécue par certains individus qui au seuil du passage vers la mort voient leur vie défiler à l’accéléré. Est-ce une façon, là encore, de nous signifier : « voyez ce que vous avez construit en tant que civilisations, car vous touchez au seuil d’une nouvelle ère ».

Merci Michael pour toutes ces infos et voyons ce que nous réserve la saison 2011…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *